28 mag 2009

Three friends, three bikes, one love.



Raymond Roche, Pierre, Virginio Ferrari.





This is the brief story of a rendevouz between Pierre and two friends for fun on french roads remembering the good times rolling, and tasting good wheels....

" ......A good friend of mine occasionaly writes articles for "Cafe Racer" a french magazine focused on classic and sportbikes.
He has the idea of letting the new 848 be tested by Raymond Roche, and as this friend owns a 851 SP2 his idea was to bring it too, to have Raymond "comparing" the 848 to "his good old 851" of the 1990 World Championship.
My friend offered me to join the day, I did not hesitate a second, and I brought my copy of "La vitesse des anges", the wonderful book of black and white photos of the 1990 Raymond Roche season shot by Gerard Rancinan. Raymond tested my Desmosedici but preferred the 848 : for Raymond, the Desmosedici RR is "too much" :-) Raymond also told us a lot of very funny stories involving Marco Lucchinelli and other pilots of the late 80s / early 90s.
By pure chance, Virginio Ferrari (living in Monaco and selling MV Agustas) was on that day visiting the Ducati Store in Toulon where wecame back to at the end of the day...so my book is signed by a former Ducati World Champion and a former Ducati team manager !
Below is the story of this memorable day in French, as I wrote it that day....."
" Il y a une dizaine de jours, mon copain Xavier, un ducatiste possédant de belles machines qui fait des piges pour Cafe Racer, m'appelle : « ça fait 6mois que j'essaie de l'avoir et ça y est : jeudi prochain je descends voir Raymond Roche dans le Var. L'idée, c'est de faire un article pour Cafe Racer où je lui ferai essayer ma 851 SP2, la version routière de la moto avec la quelle il a été champion du monde Superbike en 1990, et la comparer avecune 848 que nous prête Ducati France. Si t'es libre, on pourrait mettre ta Desmosedici RR dans le camion avec la 851 et roule, cap au sud ! Ca te ditde venir passer cette journée avec nous ? »
Et comment !
Jeudi après-midi, je prépare un sac avec mon cuir et mes bottes, le livre« La vitesse des anges», de superbes photos noir et blanc de Raymond encourse par Gérard Rancinan que je veux lui faire dédicacer, et je filere joindre Xavier à 19 h 30. On s'aperçoit tout de suite que son camion aménagé ne peut pas accueillir les 2 Ducati. Qu'à cela ne tienne, une seule solution, j'irai par la route : le pneu arrière de la RR déjà bien usé vafaire la tronche, mais tant pis, à vitesse stabilisée sur autoroute il devrait tenir encore un millier de bornes. De toutes façons j'ai pas lechoix, quand faut y aller, faut y aller, pas question de rater un moment pareil. Départ à 20 h, je prends de l'avance pendant que Xavier passe à lagare chercher Alex, le photographe, arrivé en TGV. 350 bornes d'autoroute,deux pleins et une pause casse-croûte plus tard, on arrive peu avant 1 h dumatin à Aubagne, on trouve un Formule 1 et on s'écroule dans nos plumards.
Levé 7 h, petit déj' rapide, on remonte les carénages de la 851 et on y va,Xavier sur sa 851, moi sur la RR et Alex dans le camion. On retrouve Raymond Roche chez Squadra Motos, le concessionnaire Ducati de la Seyne sur Mer. Après avoir fait connaissance et commencé à discuter, on se met en route endirection des alentours du Castellet. On finit la matinée avec de photos enaction de Raymond et Xavier sur les motos, puis Raymond essaie ma RR. Raymond nous explique que ça faisait plus de 10 ans qu'il n'était pas remonté sur une moto, et sur la 851 il a la grosse banane, il s'amuse commeun môme. Et je peux vous dire qu'il n'a rien perdu et le suivre dans les gorges entre Ollioules et Saine Anne d'Evenos, puis sur la route qui montedu Beausset au circuit du Castellet a été un grand moment : un style trèscoulé, des trajectoires superbes utilisant toute la largeur de la route, je suis derrière et je profite du spectacle.
Au déjeuner, Raymond nous raconte des anecdotes de ses saisons de GP et de superbike, ses aventures incroyables avec Marco Lucchinelli etc. On discute comme si on était potes depuis des années, Raymond nous offre des tournéesde « Gambetta limonade », un truc délicieux au sirop de figues... Après des photos statiques des détails de la 851 et de la 848, on repart pour des photos en action sur la route des Garrigues entre le circuit Paul Ricard et Ceyreste, sous un cagnard effroyable : il fait plus de 35°, les Ducati chauffent beaucoup mais marchent impeccablement. Raymond se prête au jeu des photos avec une gentillesse et une disponibilité totales. On monte ensuite àla Cadière d'Azur pour des photos d'ambiance devant un superbe paysage provençal.
On rentre en suite chez Squadra Motos, et là, surprise, on tombe sur Virginio Ferrari ! Raymond et lui sont très heureux de se retrouver, ils se mettent à parler de Ducati, de MV Agusta et du rachat par Harley : Virginio vend des MV à Monaco . Raymond montre à Virginio les casquesqu'il a conçus et lui promet de lui en offrir unvert et blanc, ses couleurs de pilote...
Je fais dédicacer mon bouquin à Raymond, Virginio accepte gentiment d'ymettre un petit mot très sympa, puis à 18 h on se sépare. Xavier prend son camion avec la 851 de dans, je remonte sur la RR et la sortie de la Seyne surMer est un calvaire : il fait 37°, le moteur de la RR monte jusqu'à 118°,mes cuisses commencent à avoir vraiment trop chaud et je crains un peu pourle moulin. Je me lance alors dans des remontées de files de bagnoles sur la bande blanche pour arriver à l'autoroute, où le refroidissement est alors suffisant. 2 pleins d'essence et une pause dîner plus tard, j'entre dans Lyon vers 23 h.
Le temps d'uploader les photos sur une page web, il y en aura de bien plus belles dans Cafe Racer de fin août - puis de rédiger ce CR, et je vais aller goûterun repos bien mérité. Demain c'est le départ en vacances avec ma famille,mais pour moi ces 24 heures ont vraiment été un moment de moto absolument mémorable. J'ai été frappé par l'énorme gentillesse de ces deux anciens pilotes...
Et depuis que Raymond Roche a essayé ma RR, je suis sûr qu'elle marche encore plus fort
:-)......"

--Pierre
photos P. Col